2019 commence tout juste. Et j’ai décidé d’écrire un article.

Oui oui, un article. Ce truc difforme qui me semble encore un peu pataud sous les touches de mon clavier. Ce truc où tu décides de te livrer et de soumettre tes pensées au grand jour. Mais j’ai décidé d’arrêter d’hésiter et d’essayer.

Après tout, j’écris cet article principalement pour moi.

J’ai envie d’écrire de plus en plus. Je ne fais pas de nouvelles résolutions en début d’année, j’essaie plutôt de les prendre dès que j’en vois le besoin. Mais s’il y a bien une chose que des personnes que j’estime ne cessent de me répéter, c’est que l’écriture est un merveilleux levier pour éclairer et affiner ses pensées.

Et dieu sait que j’en ai besoin. Je suis très cérébral. J’ai des pensées qui fourmillent sans cessent dans la tête, des projets passionnants que j’ai envie de mener, et des idées à n’en plus finir, et parfois, je m’y perds.

Alors à l’aube de 2019, mettre un peu de clarté dans mes idées me fera le plus grand bien. J’ai envie d’utiliser ces quelques lignes pour bien aborder l’année à venir.

Cette 24ème année de ma vie a été une vraie perle pour moi.

Elle a sans aucun doute été l’une des plus surprenantes et passionnantes que j’ai vécu. Les études donnent un confort très tracé, et quand cela s’arrête, il est temps de sortir du train-train habituel et se lancer dans le grand bain, sans notice d’utilisation.

Je me rappelle de mon nouvel an 2018 : je me reposais quelques jours dans un petit village de pêcheur des Pays-Bas, à Breskens. Et entre deux maquereaux à l’huile, je m’apprêtais à me lancer dans un nouveau projet qui me tenait à cœur.

Je revenais d’Inde. J’avais passé 3 mois à finir mes études et faire des missions en freelance. J’expérimentais les connaissances apprises au Wagon entre un poulet Tikka Masala et un thé Chaï. Le mois de Janvier me paraissait alors le moment parfait pour me lancer dans l’entrepreneuriat.

Je voulais créer un projet pour aider les producteurs du terroir. J’avais fièrement appelé ça 99Farmers. C’était beau, peut-être un peu naïf, mais plein de ma motivation, alors j’y croyais.

Et finalement… rien de concluant ! L’idée est encore une fois restée une idée, qui a avancée, mais n’a pas assez germée, ni générée un seul euro de chiffre d’affaire. C’est un schéma un peu répétitif chez moi, et il est temps que ça s’arrête en 2019.

La suite a été plus qu’étonnante

Au détour d’un podcast sur Nouvelle École, je découvre l’histoire d’un type passionnant. Il a l’air d’aimer ce qu’il fait et surtout, son approche résonne en moi. Je le contacte, on discute, et paf, me voilà plongé dans un monde incroyable. LiveMentor.

Les recrutements sont fous, je rencontre des gens qui partagent des valeurs géniales. Ils essaient de changer à la fois le monde de l’entrepreneuriat, et la façon de travailler. Ils veulent créer un écosystème pour aider les porteurs de projets à vivre de ce qui les passionne.

Ça me parle, moi l’entrepreneur qui ne réussit pas à pondre plus qu’une idée. J’ai été dans cette position et j’aurais aimé avoir un manuel. Il y a des défis à relever chez LiveMentor. Je rejoins sans hésiter l’aventure en mai 2018.

J’ai appris 1000 trucs. Sans déconner. Les 7 mois suivants ont vu des choses pétarader dans tous les sens. Mais au-delà de ça, je découvre quelque chose qui va changer ma vie : il existe une autre façon d’entreprendre.

Et oui, personne n’en parle ! C’est pas du tout vendeur l’histoire de Dominique qui lance sa boutique de chocolat, celle d’Esther qui veut aider les associations, ou celle d’Hanna qui se lance en Freelance. Et pourtant, c’est la face la plus passionnante de l’entrepreneuriat.

Elle m’inspire cette face. Elle me parle. Et surtout elle me rassure. Je vois tous ces élèves, et je me dis qu’entreprendre, c’est avant tout choisir ce qu’on a envie de faire, et avoir de quoi en vivre. Pour moi qui a longtemps baigné dans l’immense océan d’un entrepreneuriat compliqué où il faut lever des millions et révolutionner le monde pour exister, ça me donne de l’espoir.

Je n’ai pas été déçu en rejoignant LiveMentor, vraiment. C’est le meilleur choix de mon année et je pense qu’il aura des implications énormes pour la suite de ma vie.

Mais alors, à quoi va ressembler 2019 ?

J’ai choisi 5 mots, qui représentent ce que j’ai envie de vivre. Et les objectifs que j’y associe.

Action : Je veux que 2019 soit l’année de l’action dans mes projets. J’en ai marre d’avoir des idées mais de peiner à les faire émerger. Je sens que je prends confiance dans mes capacités à travers l’aventure LiveMentor, et il est temps de sortir de l’abstrait et de mettre vraiment mes idées à exécution. Je vais lancer dans les 12 prochains mois plusieurs projets.

> Mon premier objectif est d’en sortir 3 dans l’année à venir. Ils seront de nature diverses, mais ils doivent exister au grand jour, et être utilisé par des gens que je ne connais pas.

> Le second est de gagner un peu d’argent grâce à ces projets. Je veux générer quelques centaines d’euros par mois grâce à eux. Ce sera pour moi une preuve de leur utilité.

Curiosité : C’est un mot essentiel pour moi depuis plusieurs années. J’ai pris ces derniers jours du temps pour noter ce que j’aime ou je n’aime pas dans mon quotidien. Et ce qui revient en haut de la liste, c’est l’envie d’apprendre. Je déteste me répéter dans mon travail. Ce qui me stimule c’est de découvrir et de me voir progresser.

> Je veux lire 2 livres chaque mois. C’est un bon objectif pour moi. Je piocherai à la fois dans la fiction et la non-fiction car je remarque que j’ai besoin des deux. Je commence dès maintenant par Sapiens, de Yuval Noah Harari.

> Je vais faire un bilan chaque mois de ce que j’ai appris. Je le partagerai sur Twitter ou ici. Ce sera un pour moi un petit carnet de route pour noter comment j’ai comblé ma curiosité et comment je me suis amélioré.

Présent : Je veux m’appliquer à être présent dans tout ce que je fais. C’est le cancer de notre société. On arrive plus à s’ennuyer, ou à faire une chose à la fois. Alors en 2019, je veux juste m’appliquer à être présent. Cela paraît simple, mais c’est peut-être le point le plus compliqué. Quand je vais lire, je vais lire seulement, quand j’écris un mail, j’écris un mail, et quand je discute avec un ami, je vais tâcher de focaliser toute mon attention sur lui.

> Mon premier objectif est de passer moins d’une heure par jour sur mon téléphone. Facile vous pensez ? J’ai installé récemment une application qui m’indique que j’y consacre en général entre 2h et 2h30 par jour. Cela bouffe mon temps, et si j’ai supprimé Netflix en 2018, je veux en 2019 arrêter de perdre mon énergie là-dedans.

> Je veux ancrer la méditation dans mes habitudes. J’ai commencé à méditer en décembre après avoir lu le livre d’Andy Puddycombe, et si je ne suis pas sûr des implications sur mon cerveau, je suis sûr que ça m’aide à être dans l’instant présent. Cela ne peut que me faire du bien.

Rencontre : J’ai envie de rencontrer de nouvelles personnes en 2019. Par le hasard, mais surtout en les provocant. LinkedIn est très impersonnel et le vrai réseau se tisse en donnant et prenant le temps de rencontrer des personnes dans la vraie vie. Alors repassons dans le réel.

> Mon premier objectif est de créer un projet qui m’aide à tisser mon réseau et à rencontrer des gens qui veulent comme moi se dépasser.

> Je veux ensuite prendre le temps chaque mois de rencontrer une nouvelle personne inattendue. Autour d’un café, autour d’un repas. Peu importe, ce qui compte c’est la rencontre.

Histoire : Je me suis rendu compte cette année que savoir raconter des histoires sera peut-être l’une des compétences les plus utiles que je peux développer. Ce n’est pas nouveau : les mythes et histoires ont incité les hommes à se rassembler pour créer ensemble. Et je sens qu’il est temps pour moi de m’y mettre.

> Je veux écrire régulièrement. Pour être plus précis, je vais me fixer d’écrire 2 articles par mois. C’est peu, mais ce n’est pas gagné, vu que j’en ai écrit 0 dans ma vie jusque là.

> Je veux me mettre au théâtre à partir de Septembre. J’aime parler à l’oral, mais j’ai aussi ce stress qui me tient et parfois me tétanise. Et j’ai envie de progresser sur ce point. Le théâtre est une manière de raconter une histoire, et m’y mettre sera un objectif pour 2019.

Je termine ces quelques lignes et je vois déjà le premier résultat dans ma tête lorsque je me mets à écrire. J’y vois plus clair, et c’est un sentiment qui me donne envie de continuer.

2019 démarre maintenant.

Plus d'articles

Voir tous