Casey, c'est un gamin du Connecticut né dans le petit village de Gales Ferry. 

Le dock du petit village de Gales Ferry, Connecticut

Il n'a jamais été un élève studieux. Il passe son enfance à se bagarrer et à faire des conneries. Alors que ses parents divorcent et que la situation familiale est chaotique, il décide de quitter l'école à 15 ans et de partir du foyer familial.

Il enchaîne les petits boulots de plongeurs et cuisiniers pour subvenir aux besoins de son fils Owen, qu'il vient d'avoir à 17 ans. 

La vie n'est pas facile, mais pourtant depuis toujours, Casey a un rêve : il veut devenir réalisateur.
Il commence à filmer son fils sans arrêt dès sa naissance. Il crée des petites vidéos de lui avec sa première caméra.

La situation se complique avec la mère de son fils, et en 2001, ils se séparent.

Casey décide alors de repartir de zéro, dans une nouvelle ville qui l'a toujours fait fantasmer.

New-York : début du passage à l'action

Il débarque à New-York accompagné de ses rêves et de ses ambitions.
Il voit dans ce changement l’opportunité de devenir quelqu’un. D’avoir à son tour sa chance.

Il veut monter un show télé. C'est son rêve. Mais on lui fait comprendre qu’il ne peut pas.
Personne ne le connaît et il ne passerait pas bien à la caméra avec son nez biscornu.

Casey ne lâche rien. Il veut raconter des histoires à la télé.
Il passe ses nuits à monter des vidéos avec son frère Van.

Ils ne lâchent rien. Et en 2006, leurs vidéos amateurs commencent à percer.

Ils finissent par convaincre HBO, la chaîne américaine, de leur donner une chance et de produire avec eux une série de 8 épisodes sur leur vie The Neistat Brothers.

La série prend bien, mais c’est sur Youtube que Casey commence à se faire un nom.

Il popularise les vlogs à sa manière. Artisanal, authentique et survolté.
Il emmène ses auditeurs dans ses aventures du quotidien.

Et mine de rien, les abonnés montent et sa chaîne grandit de semaine en semaine.

« Do what you can’t »

Casey donne de l’espoir à toute une génération de créateur qui le regarde faire son trou.
Il est un porte-étendard des possibilités.

Pas besoin d’avoir le meilleur matériel ou une école de cinéma à son actif.
Rien ne vaut l’envie débordante et la discipline quotidienne.

Dur de savoir si c’est conscient et volontaire, mais Casey crée un mouvement. Un mouvement qui donne de l’espoir à ceux qui ont peur de s’aventurer hors des sentiers battus.

Si Casey l’a fait, je peux le faire.

Il donne envie de sortir de sa zone de confort et d’accepter la part inhérente de risque associé à la création.

Casey est un merveilleux conteur d’histoire.

Je tiens à mettre un garde-fou ici.

Oui Casey est un as du storytelling. Mais non, il ne l’a pas toujours été.

Comme tout art, il a passé des années à le peaufiner année après année avec discipline. Les succès qu’il a obtenu et les histoires qui ont fait le tour du monde sont le résultat de celles qui n’ont jamais percé.

En 2012, il emmène le monde avec lui dans une surprise romantique qu’il fait à sa copine Candice à l’autre bout du monde en Afrique du Sud.

Il livre son histoire avec transparence, ponctué de ses morales et de ses apprentissages.
Il ne cesse de raconter son parcours, avec le bon et le mauvais.

Et par ses aventures, il offre à ses spectateurs une aventure par procuration.

Aujourd'hui, Casey, c'est 3 milliards de vues sur Youtube. 12 millions de personnes qui le suivent. Et des milliers de vidéos publiées. 

C'est presque décourageant quand on veut se lancer, n'est-ce pas ? 

Mais ce qu'il faut retenir de Casey, ce n'est pas une comparaison. C'est la force des années. Le temps long pour réussir. Il faut se donner le temps de créer ce que l'on rêve. 

Casey et un créateur phénoménal, par sa discipline, ses idées répétées, son audace et son courage d’avancer.

C’est un exemple pour moi, et j’espère que ces quelques lignes sur son histoire vous donneront envie d’en savoir plus.

Petit exercice :
Et vous, quelles sont les histoires qui vous inspirent ?
Qui est un exemple pour vous? (mort ou vivant)

Plus d'articles

Voir tous